Evolution des "standards" volume du bac/population

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Evolution des "standards" volume du bac/population

Message  NelsonMuntz le Dim 24 Sep 2017, 19:30

Bonsoir,

Je ne voulais pas poster ce sujet dans la Tchat-room car je considère qu'il y a moyen d'y présenter des retours d'expérience susceptibles d'éclairer de manière positive la maintenance de poissons en aquarium. Je souhaiterais que l'on évite les jugements à l'emporte-pièces du type "il faut vraiment être con pour maintenir des poissons dans un si faible volume" et que la discussion soit constructive.

Je pars du constat suivant : en trente ans, le standards recommandés pour la maintenance de poissons en aquarium ont énormément changés. Si l'on compare ce qui se disait à l'époque et ce qui se dit actuellement, dans les deux cas chez les aquariophiles "sérieux", on navigue entre deux extrêmes. Exemple : il y a 30 ans, en 1988, Robert Allgayer écrivait : "Un exemple d'une cohabitation et d'une maintenance réussie (photo) pourra se faire avec Satanoperca jurupari (5 spécimens) 10 Astronotus cuivrés, 5 Aequidens tetramerus et 10 Corydoras dans un bac de 500 litres. Le nombre élevé (relatif) d'Oscars permet de maintenir un climat "serein" dans le bac entre ces Cichlidés réputés pour leurs moeurs bourrues. Le manque de possibilité de formation de territoire inhibe toute velléité agressive réciproque." (Aquarama, Les mangeurs de terre). Aujourd'hui, pour la même population, on serait plutôt sur 5000l... Pourtant il y avait autant de réussites à l'époque qu'aujourd'hui.
Et les exemples de ce genre sont très nombreux. Les techniques et matériels aquariophiles ont beaucoup progressé et pourtant on veut des bacs de plus en plus gros....

De mon point de vue, l'inflation actuelle du volume que l'on prescrit de donner aux poissons est très loin de se justifier systématiquement. Voire n'est pas forcément recommandée. Il rentre parfois en compte, n'en déplaise à certains, une part d'élitisme et une part de course au gigantisme.

1/ je pense comme beaucoup, que ce qui compte c'est la surface au sol disponible
2/ qu'une filtration et un décor adaptés sont primordiaux et peuvent largement compenser un espace de nage un peu léger
3/ que gros poisson ne signifie pas gros bac obligatoire. Que le comportement de l'espèce doit être pris en compte
4/ que la surpopulation a très souvent du bon quand on sait la gérer, même sur la croissance des poissons...

Je sais que j'aborde une question sensible. Je le redis : je vous demande des points de vue clairs, argumentés, et calmes.

Merci pour votre participation.

NelsonMuntz
malade

Masculin
Nombre de messages : 1234
Localisation : Franche-Comté
Loisirs/emploi : Aquariophilie, terrariophilie, cinéma/Historien
Date d'inscription : 11/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evolution des "standards" volume du bac/population

Message  goug1805 le Dim 24 Sep 2017, 20:03

Vaste débat que tu ouvres là Wink

Pour ma part la méthode citée par Allgayer, je l'ai testée avec succès en Malawi (c'est d'ailleurs presque recommandé de surpeupler avec du Mbuna). Mais en Tanga ça le fait pas trop.

Par contre, pour les Poecilia sphenops, j'ai sorti une partie du groupe en piscine le reste est resté dans un 54L. Ceux de la piscine font le double en taille (je pense que dans 150 ou 200L il n'y aurait pas eu de différence, vu chez un pote sur des Xiphos). Petite preuve que la taille joue quand même...

goug1805
malade

Masculin
Nombre de messages : 3211
Age : 36
Localisation : Chaumont (52)
Date d'inscription : 07/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evolution des "standards" volume du bac/population

Message  pifaumage le Lun 25 Sep 2017, 10:26

Bonjour,
C'est effectivement la boite de "pandore" qui est réouverte avec ce sujet. En effet, le débat a été entretenu  avec passion à plusieurs reprises et à chaque fois il a montré que la majorité des passionnés souhaitaient un grand espace de nage pour ses protégés et condamnaient, un peu, les adeptes de cette méthode dite de Allgayer (j'e conteste un peu le nom même si M. ALLGAYER) l'a décrite.
En ce qui me concerne, je dirais qu'il n'y a pas de méthode dite de Allgayer, il y a surtout, à l'époque où M. ALLGAYER a partagé son expérience, un constat lié à la technologie de l'aquariophilie.
Sans vouloir passer pour un vieux schnok, 30 à 40 ans plus tôt, posséder un aquarium de plus de 100 litres était déjà chose peu courante. Y mettre plusieurs poissons qu'aujourd'hui beaucoup rechignent à conserver dans 500-600 litres était normal.
J'ai acheté mon 200 litres en verre collé à la fin des années 70 et j'ai encore le souvenir admiratif et envieux des clients me voyant l'emporter : c'était le plus gros bac en verre collé vendu dans le magasin !
Je pense donc que l'évolution technique a accompagné l'augmentation de la taille des bacs et surtout notre vision du minimum de litres que doit proposer un aquarium pour une population donnée et un type de poissons. 
Aujourd'hui, il est plus facile et surtout moins coûteux qu'il y a trente ans d'avoir un bac de plusieurs centaines ou milliers de litres. A cela, ajoutons peut être un effet de mode et surtout la passion un peu débridé de certains d'entre nous et au final on trouve quelques bacs privés de taille exceptionnelle.
MAIS condamner et accuser de mauvaise maintenance ceux qui pratiquent la "surpopulation maîtrisée" et la maintenance de certains poissons "hors gabarit" dans des bac jugés sous-dimensionnés par certains, est un raccourci parfois accompli trop vite et sans jugement.
Je viens de vider mon 600 litres dans lequel je n'avais pas mis les mains (c'est vrai : le couverle n'avait pas bougé!) depuis presque 4 ans : il contenait des poissons qui s'étaient reproduits et avaient grandis sans mon intervention : en tout il y a avait plus d'une quarantaine (je n'ai pas compté) d'individus dont 3 V. Regani sub-adultes, une dizaine de T. Meeki, ....et un nombre indéfini d'ancistrus et de L66 . Tout ce beau monde s'était développé à partir de quelques individus qui s'étaient reproduits et la population s'était automatiquement régulée.
Je ne pense pas avoir été un bourreau aquariophile en laissant cet aquarium tourné tout seul !
Ps : En 4 ans, j'ai nettoyé le filtre principal 3 fois et ce dernier était secondé par un filtre aquaponique qui était rempli de racines de plantes que régulièrement j'élaguais.
Mon propos sur cette maintenance a quand même ses limites. Il est vrai que je maintiens actuellement des Dovii dans mon 1700 litres et qui irons ensuite dans le 2500 litres qui dort dans mon garage. J'ai en stock quelques Lepisosteus qui iront certainement aussi dans ce bac mais je ne prendrais jamais un arapaima pour ces aquariums : il faut savoir "raison garder".....mais j'attends le jour où je m'offrirai un 20 000 ou 30 000 litres pour ce type de poisson !  What a Face
Pour conclure et revenir sur le thème de la surpopulation, je citerai une personne qui fait autorité en matière de cichlidophilie : M. NOURRISSAT Jean Claude. Je ne l'ai pas connu ni rencontré, je me contente juste de prendre comme référence une vidéo faite par lui et je vous invite à la visionner ou plutôt à la revoir car elle est assez connue.

Je crois pouvoir dire que cette personne pratiquait la méthode dite "ALLGAYER" et, chaque fois qu'elle le pouvait (affaire de moyens et possibilités) donnait à ses poissons le maximum d'espace quitte à les mettre ne bassin extérieur.


Ma conclusion (ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit !)
Avec passion + un peu de raison, en fonction de nos moyens respectifs, il est possible de se laisser - un peu - aller à la collectionnite de beaux et gros poissons, à condition de leur apporter des conditions sanitaires de vie décentes et- selon moi - autorisant et permettant la reproduction de ces derniers.


Dernière édition par pifaumage le Lun 25 Sep 2017, 12:06, édité 1 fois

_________________


Tout homme qui dirige, qui fait quelque chose, a contre lui ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui font précisément le contraire, et surtout la grande armée des gens d'autant plus sévères qu'ils ne font rien du tout.

Citations de Jules CLARETIE
Écrivain français (1840-1913). Romancier et auteur dramatique, il était aussi historien et chroniqueur de la vie parisienne.
avatar
pifaumage
Animateur de 1ère classe

Masculin
Nombre de messages : 7093
Age : 55
Localisation : 91700 Ste GENEVIEVE DES BOIS
Loisirs/emploi : Bricolage - Aquariophilie - Pêche
Date d'inscription : 13/07/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evolution des "standards" volume du bac/population

Message  NelsonMuntz le Lun 25 Sep 2017, 11:38

Bonjour,

Merci Guillaume et merci Pierre pour vos avis. Je pensais avoir plus de réponses.
J'ai adopté cette technique du surpeuplement sans même savoir qu'elle avait été théorisée, simplement parce que dans certains cas elle me paraissait justifiée (poissons très territoriaux notamment). Et des gens s'évertuent à tenter des cohabitations dans des milliers de litres sans même essayer dans des volumes plus réduits lorsqu'ils échouent.
Cela fait longtemps que je me moque un peu de ce que l'on peut me dire en ce qui concerne ma maintenance de certaines espèces. Mais je ne suis pas obtus non plus : je me suis séparé de Cichla temensis parce que je voyais que ça coinçait et j'ai demandé un 3000l à Richard parce que je voulais de gros Pygo.
Inversement, rien ne justifie pour moi, par exemple qu'un couple d'Astro soit maintenu en spé ou presque dans un bac de 3m ou un couple de Creni du groupe lugubris dans 1500-2000l... Chacun fait bien ce qu'il veut et s'il a l'espace, donne des milliers de litres non nécessaires ; mais inversement, il faut tolérer une autre maintenance. Et le volume est loin de tout faire. Je connais des aquariophiles qui ont des repro réputées difficiles dans des bacs très justes parce que les poissons ont surtout des conditions de vie adaptées avant d'avoir de l'espace...

Un des avantages principaux des gros bacs est de "diluer" certains soucis qui seraient plus dommageables dans trop petits ; l'équilibre est plus stable une fois atteint.

Je pense sincèrement que la principale éducation en aquariophilie doit se faire sur le terrain de la connaissance des biotopes et notamment des paramètres physico-chimiques locaux des eaux. Et sur l'acquisition progressive d'un instinct. Exit les changements d'eau programmés de volumes fixes (une ineptie quand on y songe) genre "je change 20% chaque semaine..." Rolling Eyes, des plantes à tout va et n'importe comment (les plantes au sens strict du terme sont rares en milieu naturel au final), des températures fixes ou presque toute l'année et nuit et jour, des éclairages exagérés nécessités par les plantes ou parce que l'aqua est dans le salon et qu'il doit être beau, etc...

Bref, de l'intérêt de type écologique et non uniquement aquascaping au sens large. Bon, il faut dire que j'accorde davantage d'intérêt à mes poissons qu'à l'aménagement de mes bacs et que je ne fais pas partie de ceux qui passent leur temps à nettoyer les vitres de leurs bacs, à la fois parce que j'en ai 25 et que l'aqurio reste une passion et non la vraie vie du quotidien : mon temps dispo va en premier lieu à ma fille...


NelsonMuntz
malade

Masculin
Nombre de messages : 1234
Localisation : Franche-Comté
Loisirs/emploi : Aquariophilie, terrariophilie, cinéma/Historien
Date d'inscription : 11/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evolution des "standards" volume du bac/population

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum